Nos retraites

Publié le par Christian Bochet

LA JUSTICE SOCIALE A LA FRANCAISE :


tetes-de-morts--11-.gif


Vous savez tous que je suis en recherche d'emploi depuis le  5/12/2006 date à laquelle mon employeur m'a licencié pour  mettre la clef sous le paillasson.

Mes salaires d'alors était de 2350 € net par mois depuis 6 mois et mon activité précédente de VRP Multicartes était un peu moins rénumérée puisque lourdement plombé par les charges de fonctionnement : essence, assurance, déplacements divers etc...mais tournait aux environs de 2000 €.

Mon allocation de chômage s'est élevée à 33.23 € par jour........je n'ai pas encore compris mais en regardant les nouveaux barêmes de chômage j'ai compris qu'en ayant bien gagné ma vie je devais impérativement être sanctionné:

  • PERTE SECHE MENSUELLE  : 1300 € soit 43% pour une situation que ne n'ai ni voulu ni crée....
Comme je ne retrouve pas de travail malgrè une recherche active ( plus de 200 réponses à des annonces ciblées, mais en France on n'embauche pas les vieux )  =====dispence de recherche et oui j'ai eu 60 ans en juillet 2007.


La caisse de retraite, la CRAM m'annonce qu'elle me met en retraitre d'office en janvier 2008 avec le pactol de 678 € par mois. Je travaille depuis 1965 et j'ai eu un parcours professionnel pas banal, néanmoins la surprise a été grande et vient de mes quinze années de VRP  où j'ai très bien gagné ma vie mais ce statut est pernitieux, en effet je n'ai cotisé que sur 70 % de mes revenus sur les cotisations de retraite.
J'attends les chiffres des régimes complémentaires des cadres (foutaise entre autre) les régimes des professions libérales, des commercçants et artisants et re foutaise également.

Le total risque de ne pas être épais : surprise surprise Vive Balladur qui a su mettre un gentil petit merdier dans les retraites.

Pour vous les plus jeunes et quand notre génération aura disparue je suis persuadé que les choses iront bien.

Dès que je dispose des chiffres on en reparle.

La aussi le débat est ouvert.

anibar01.gif  

ETUDE COMPARATIVE A MEDITER PEUT-ETRE MAIS SANS POUR AUTANT DIVISER 

1. Députés et sénateurs

Age de départ à la retraite théorique : 60 ans (c’est, depuis le 1er janvier 2004, l’âge minimal à partir duquel députés et sénateurs peuvent faire valoir leur droit à la retraite, au lieu de 55 et 53 ans auparavant).
Durée de cotisation : 40 ans. Les annuités comptent double lors des trois premiers mandats (40 annuités représentent ainsi 22,5 ans de cotisation).
Base de calcul de la pension : 1 500 € par mandat (pension moyenne : 3 085 € pour les sénateurs, 2 192 € pour les députés).

 

2. SNCF

Age légal de la retraite : 50 ans (agents de conduite ayant conduit 15 ans) ou 55 ans
Age moyen de départ à la retraite : 50,3 ans (agents de conduite), 55,1 ans (autres)
Durée de cotisation : 37,5 ans (minimum 15 ans, retraite normale à partir de 25 ans)
Base de calcul de la pension : dernier traitement (+ prime)
Décote par année manquante : 0 %
Revalorisation : pension indexée sur les salaires de l’entreprise
Cotisants/Retraités : 167 000 cotisants / 306 000 retraités

 

3. RATP

Age légal de retraite : 50 ans (agents de conduite), 55 ans (agents de maintenance), 60 ans (personnels sédentaires)
Age moyen de départ à la retraite : 54,8 ans
Durée de cotisation : 37,5 ans
Base de calcul de la pension : 6 derniers mois de traitement
Décote par année manquante : 0 %
Revalorisation : pension indexée sur les salaires de l’entreprise
Cotisants/Retraités : 43 561 cotisants / 43 920 retraités

 

4. EDF - GDF

Age légal de retraite : 55 ans (agents en service actif ou insalubre), 60 ans (agents sédentaires)
Age moyen de départ à la retraite : 55,4 ans
Durée de cotisation : 37,5 ans
Base de calcul de la pension : dernier traitement
Décote par année manquante : 0 %
Revalorisation : pension indexée sur les salaires de l’entreprise
Cotisants/Retraités : 144 785 cotisants / 143 908 retraités

 

5. Fonction publique

Age légal de retraite : 60 ans (2008)
Age moyen de départ à la retraite : 57,5 ans
Durée de cotisation : 40 ans en 2008, 41 ans en 2012
Base de calcul de la pension : traitement des 6 derniers mois
Décote par année manquante : 0,6 % (5 % en 2013)
Revalorisation : pension indexée sur l’inflation
Cotisants/Retraités : 4,8 millions de cotisants / 3,5 millions de retraités

 

6. Militaires

Age légal de retraite : 55 ans
Age moyen de départ à la retraite : 47,5 ans
Durée de cotisation : 40 ans (certaines années de cotisation comptent double, notamment en cas de poste à l’étranger). Une pension peut être versée après 15 ans de service.
Base de calcul de la pension : solde des six derniers mois
Cotisants/Retraités : 327 000 cotisants / 567 000 retraités

 

7. Les autres régimes spéciaux

Marins : retraite légale à 60 ans (50 ans avec au moins 25 annuités, 55 ans avec au moins 15 annuités).
Mineurs : retraite légale à 55 ans (anticipée pour les personnels ayant travaillé 30 ans dont une partie « au fond »).
Clercs et employés de notaires : retraite légale à 60 ans (55 ans pour les femmes avec 25 annuités).
Comédie française : retraite légale à 60 ans (55 ans pour personnels techniques).
Opéra de Paris : retraite légale à 40 ans pour les danseuses.
La Commission des comptes de la Sécurité sociale a recensé 22 grands régimes spéciaux (sept. 2006). Mais on compte plus de 120 régimes dérogatoires, certains confidentiels (Seita, Imprimerie nationale, égoutiers, médecins légistes…).

 

8. Le régime général

Age légal de retraite : 60 ans (56 ans si travail dès 14 ans)
Age moyen de départ à la retraite : 61,3 ans
Durée de cotisation : 40 ans en 2008, 41 ans en 2012
Base de calcul de la pension : salaires des 25 dernières années.
Décote par année manquante : 10 % (5 % en 2015)
Revalorisation : pension indexée sur l’inflation
Cotisants/Retraités : 18 millions de cotisants / 15 millions de retraités.

Commenter cet article