Maximes & dictons populaires.

Publié le par Anakyne


A oublier l'essentiel on en invente le superflu .
(de votre serviteur)

La vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie.

Qui trop embrasse mal étreint.

La peur n'évite pas le danger.

Mettre un cautère sur une jambe de bois.

A la Sainte Catherine tout bois prend racine.

Noël au balcon Pâques aux tisons.

On n'est jamais si bien servi que par soi-même.

Mariage pluvieux, mariage heureux.

Un tien vaut mieux que deux tu l'auras.

Il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué.

La prairie est toujours plus verte à côté.

Il ne faut jamais lâcher la proie pour l'ombre.

La vérité sort de la bouche des enfants.

Bien mal acquis ne profite jamais.

On voit toujours la paille qu'il y a dans l'oeil de son voisin et jamais la poutre qu'il y a dans le nôtre.

In vino véritas.

Qui va lentement va sûrement.

On ne peut courir deux lièvres à la fois.

Il y a loin de la coupe aux lèvres.

Mettre de l'eau dans son vin.

C'est en forgeant que l'on devient forgeron.

Rien ne sert de courir il faut partir à point.

L'argent n'a pas d'odeur.

Le temps c'est de l'argent.

Il ne faut jamais avoir les yeux plus gros que le ventre.

Pas de chance aux jeux, heureux en amour.

S'il pleut à la Saint Médard il pleuva pendant 40 jours à moins que la Saint Barbané ne lui coupe l'herbe sous le pied.

Le chien aboie et la caravane passe.

L'argent ne fait pas le bonheur.

Il n'est jamais trop tard pour bien faire.

Le temps perdu ne se ratrappe jamais.

Il ne faut jamais remettre au lendemain ce que l'on peut faire le jour même.

La plume est plus forte que l'épée.

Il vaut mieux faire envie que pitiè.

Les cimetières sont remplis de gens irremplacables.

Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse.

On a jamais vu un coffre-fort suivre un corbillard.

La religion est l'opium du peuple.

Le cercle est un carré qui a mal tourné.
Françis Blanche

Quant le vin est tiré il faut le boire jusqu'à la lie.

Il vaut mieux être riche et en bonne santé que pauvre et malade.
Coluche

Un homme averti en vaut deux.

L'enfer est pavé de bonnes intentions.

Apporter de l'eau à son moulin.

Demain est un autre jour.

L'oisiveté est mère de tous les vices.

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas.

Le silence est d'or, la parole est d'argent.

Les écrits restent les paroles s'envolent.

De l'eau coulera encore sous les ponts.

Ne fait pas à autrui ce que tu n'aimerais pas que l'on te fasse.

La liberté des uns commence là où celle des autres se termine.

Après moi le déluge.

C'est l'arbre qui cache la forêt.

Il faut semer pour récolter.

Politique de la terre brûlée.

Tous les chemins mènent à Rome.

Paris ne s'est pas fait en un jour.

La chance sourit aux audacieux.

Si tu veux la paix prépare la guerre.
Si vis pacem para bellum.
Caesar

On ne peut avoir le beurre et le prix du beurre.
Je vous passe la suite..

Quand le chat n'est pas là les souries dansent.

Il n'y a pire sourd qui ne veut entendre.

Gouverner c'est prévoir.

Il ne faut jamais dire "fontaine je ne boirais plus de ton eau"









bougie26.gif

Bonnes fêtes de Noêl et de fin d'année.
J'attends vos contributions

Anakyne

Commenter cet article

Cafrano57 16/01/2009 17:03

Je viens de passer un bon moment sur ton blogDans le style beurre et prix du beurre"On ne peut avoir la crème, la crémière et l'argent de la crémière"A plus

Anakyne 16/01/2009 18:15


oui merci, je vais l'ajouter à la liste.
Amitiés.