Airtist lance le téléchargement de MP3 gratuits

Publié le par Anakyne

Le service, qui ouvre cette semaine, propose des titres de labels indépendants ou d'artistes autoproduits et va signer avec une major.

Arnaud Devillard , 01net., le 20/12/2007 à 17h26

Ouvert en 2005, Airtist s'illustrait par la vente en téléchargement de MP3 légaux. Mais son véritable projet était de proposer des fichiers gratuitement, en se finançant et en rémunérant les ayants droit par le biais de publicités. C'est le cas depuis cette semaine. Sur les 20 000 titres disponibles, 65 % peuvent être écoutés, et conservés, gratuitement. C'est un logo vert en forme de coeur qui indique cette possibilité sur un titre.

S'il clique, l'utilisateur se voit soumettre une publicité en plein écran. Une fois diffusée, elle cède la place à une nouvelle page affichant un lien vers le fichier au format MP3. Dépourvu de DRM, celui-ci peut donc être écouté, conservé, copié, transféré comme l'internaute l'entend. Il ne reverra plus la publicité, celle-ci ne fait pas partie du fichier. « On a voulu une formule où il n'y a pas de piège, explique Laurent Magnien, l'un des fondateurs du site. L'utilisateur fait ce qu'il veut sans se poser de questions. »

Des publicités ciblées

Airtist ne négocie pas avec les annonceurs en visant tels ou tels morceaux. Les publicités sont générées par un algorithme en fonction de divers paramètres liés à la popularité du fichier et au profil de l'internaute. Celui-ci doit en effet ouvrir un compte utilisateur avant de naviguer sur le site et fournir quelques données de base (pseudonyme, date et lieu de naissance, sexe, e-mail). « L'annonceur ne sait jamais à quoi et à qui sa publicité va être associée et l'internaute ne recevra pas d'autre publicité. En revanche, il doit voter après sa diffusion. » Il doit en effet dire si l'annonce l'a « intéressé » ou pas, condition sine qua non à l'accès à la chanson. Et qui a une incidence sur la génération des publicités.

Ce n'est cependant pas Airtist qui décide quels titres peuvent être disponibles sans payer. Il faut réunir deux conditions. D'abord que l'artiste soit d'accord mais aussi que l'algorithme dirige une publicité sur le fichier. Ce qui veut dire qu'une annonce peut très bien se retirer d'un morceau pour revenir (ou qu'une autre prenne le relais) plus tard. Quoi qu'il arrive, tous les fichiers restent toujours accessibles en mode payant (0,99 euro). Dans ce cas, évidemment, ils sont fournis sans publicité.

Le site ne dispose pour l'instant que des catalogues de labels indépendants et de fichiers envoyés directement par des artistes inscrits. Des discussions sont en cours avec les majors et Airtist compte bien annoncer la signature avec l'une d'elles à la fin du mois de janvier prochain.

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article