Âme perdue.

Publié le par Anakyne

halloween--28-.gifC’est une âme perdue et errante,

Elle cherche un sens pour sa vie et en sa vie.

A la recherche d’une vie lui donnant un souffle de temps.

Seule dans ce monde elle erre, désolante,

Emue, sensible, prête, pleine d’indicibles envies,

Elle se mobilise jusqu’à en ressentir le parfum d’hantant.

 

Elle aimerait pourtant se matérialiser,

Pour une fois, une seule fois pouvoir aimer,

Pouvoir ressentir ce que sa vie pense d’elle,

Ne plus être immatérielle.
Etre autre chose qu’une rebelle.
 

Cette âme se perd dans les limbes et s’interroge.

 
Elle réclame une reconnaissance,

Elle est fatiguée de tant de souffrance,

D’injustice, de lâcheté, d’un manque notoire de paix et d’humilité,

Elle se sentirait presque le besoin de se racheter.

Alors qu’elle n’est pas coupable,

Tout juste des événements imposés par sa vie : surement comptable.

 

L’aurait-elle soudainement abandonnée ?

Ou cette âme serait-elle sans vie donnée.

 

S’offrant ainsi et à bons comptes, bonne conscience,

Séparée de sa vie, cette âme est en déshérence,

Partout ou sa pensée de vie la mène elle en oublie les principes,

Influencée par le désintérêt que son enveloppe dissipe,

Cette âme se perd et s’interroge,

Sans toutefois des bonnes règles elle ne déroge.

L’âme et la conscience au fond de la vie se cristallisent,

Ensembles elles sont la morale et les bonnes et mauvaises actions elles comptabilisent.

Elle juge surement des bonnes et mauvaises choses.

Mais vie de l’homme sans l’âme n’aime-t-elle pas, par plaisir juvénile tout remettre en cause.

 

Cette âme n’a plus sa bonne conscience.

 

Cette âme souffre, elle n’est plus la vie, n’est plus en vie,

Puisque la vie ne la reconnait plus et l’a quitté,

Puisqu’elle vit sa vie sans son âme,

Alors, cette âme, peut-elle encore avoir des envies ?

Celles de la bonne conscience

Qui régissait alors sa tendre enfance et toutes ses morales en références

 

Elle s’est pourtant offerte sans calcul

Pour régler les problèmes moraux de sa vie d’homme,

Pour le guider et l’aider souvent avec un certain recul.

Mais qu’a fait cette vie incarnée en homme si ce n’est de manger et de croquer la pomme.

Cette âme est désespérée et va mal,

Car cet homme doté d’une âme est le seul à avoir oublié qu’il est avant tout un animal.


Christian Bochet

Commenter cet article