Les plus gros parachutes dorés en 2008.

Publié le par Anakyne


Sources S planet

VOUS AVEZ DIT "LA CRISE" AH ! OUI LA "CRISE" MAIS VISIBLEMENT PAS POUR TOUS.....


1. Peter Kraus : un parachute doré de 20 millions d'euros

© Merrill Lynch

Qui ? Peter Kraus, 55 ans, ancien vice-président exécutif de la banque d'investissement américaine Merrill Lynch.

Combien ? 20 millions d'euros.

Comment ça s'est passé : Avec 20 millions d'euros, Peter Kraus est celui qui a reçu le plus gros parachute doré de l'année 2008. Engagé par la banque américaine Merrill Lynch dès mai 2008, il n'y a mis les pieds qu'en septembre et pour quelques semaines seulement !
Quelques jours après son arrivée, alors que la banque était sur le point de sombrer, elle a été rachetée par la Bank of America.
Le poste de Peter Kraus n'avait alors plus lieu d'être. Après seulement quelques mois de travail, Peter Kraus a empoché la coquette somme de 20 millions d'euros, comme le prévoyait son contrat. Une somme qui lui a permis d'acheter un immense appartement de 5 chambres sur Park Avenue, en plein cœur du quartier le plus luxueux de Manhattan, pour 28,5 millions d'euros !


© Merrill Lynch



Martin Sullivan : un parachute doré de 10 millions d'euros

Les plus gros parachutes dorés en 2008

Qui ? Martin Sullivan, 54 ans, ancien président du plus gros assureur américain, AIG.

Combien ? 10 millions d'euros.

Comment ça s'est passé : Entré chez AIG dès l'âge de 17 ans, Martin Sullivan a gravi les échelons un à un jusqu'à se retrouver à la tête de la plus grande compagnie d'assurance des Etats-Unis, depuis 2005. Début 2008, AIG a annoncé une perte de 6,2 milliards de dollars pour le premier trimestre. C'est ce mauvais résultat qui a coûté sa place à Martin Sullivan et qui l'a forcé à démissionner.
La presse a longtemps évoqué des montants faramineux pour son parachute doré : 28 millions d'euros, 40 millions d'euros, ou même 54 millions d'euros. Finalement, il a obtenu beaucoup moins. Martin Sullivan a quitté l'entreprise pour laquelle il travaillait depuis 37 ans avec 10 millions d'euros « seulement »...


© AIG



Richard Syron : un parachute doré de 7,5 millions d'euros

Les plus gros parachutes dorés en 2008

Qui ? Richard Syron, 64 ans, ancien président-directeur général de l'organisme de refinancement hypothécaire américain Freddie Mac.

Combien ? 7,5 millions d'euros.

Comment ça s'est passé : Victime de la crise des subprimes aux Etats-Unis, l'organisme de crédit Freddie Mac a sombré en septembre 2008, et entraîné dans sa chute de nombreux particuliers, qui se retrouvaient expulsés de leurs propres maisons. Pour protéger au mieux leurs contribuables, les Etats-Unis ont décidé d'investir dans l'organisme.
Richard Syron, le PDG, a été prié de partir. Il aurait pu quitter ses fonctions avec une somme de 17,5 millions d'euros de parachutes doré et primes de départ, mais l'entreprise et l'Etat en ont décidé autrement : Richard Syron n'a obtenu "que" 7,5 millions de dollars.


Daniel Mudd : un parachute doré de 7,5 millions d'euros

Les plus gros parachutes dorés en 2008

Qui ? Daniel Mudd, 46 ans, ancien vice-président-directeur général de l'organisme de refinancement hypothécaire américain Fannie Mae.

Combien ? 7,5 millions d'euros.

Comment ça s'est passé : L'organisme de crédit Fannie Mae a connu les mêmes déboires financiers que Freddie Mac. Lorsque les Etats-Unis ont décidé de sauver Freddie Mac en septembre 2008, ils ont également décidé d'investir dans Fannie Mae, pour essayer d'enrayer l'expulsion croissante des petits propriétaires.
Le vice-PDG, Daniel Mudd, a dû lui aussi laisser sa place. Comme pour Richard Syron, ancien PDG de Freddie Mac, le parachute doré et les primes de départ ont été réduits, passant de 17,5 millions d'euros à 7,5 millions d'euros.


© Fannie Mae


Patricia Russo : un parachute doré de 6 millions d'euros

© TechShowNetWork / Flickr

Qui ? Patricia Russo, 57 ans, ancienne directrice générale de l'équipementier télécoms et réseaux franco-américain Alcatel-Lucent.

Combien ? 6 millions d'euros.

Comment ça s'est passé : Suite au rachat de l'américain Lucent par le français Alcatel en 2006, Patricia Russo, ancienne directrice générale de Lucent est devenue directrice générale de la nouvelle société. Après deux années au bilan médiocre, Patricia Russo et Serge Tchuruk, le président du conseil d'administration, ont tout deux donné leur démission le 29 juillet 2008, au moment où l'entreprise présentait un bilan négatif de 1,1 milliard d'euros.
Sans fixer de date précise à son départ, elle avait émis une certitude : sa démission serait effective avant le 1er janvier 2009, date après laquelle son parachute doré de 6 millions d'euros aurait pu lui échapper ! En effet, comme le signale la loi française Tepa (Travail, emploi et pouvoir d'achat) d'août 2007, les parachutes dorés attribués après le 1er janvier 2009 sont soumis à une obligation de résultat... Elle a finalement quitté son poste en septembre 2008, avec 6 millions d'euros en poche.


Alan Fishman : un parachute doré de 4,9 millions d'euros

Les plus gros parachutes dorés en 2008*

Qui ? Alan Fishman, 63 ans, ancien président-directeur général de la banque américaine Washington Mutual.

Combien ? 4,9 millions d'euros.

Comment ça s'est passé : Alan Fishman a certainement effectué les 18 jours de travail les plus rentables qui soient...Embauché le 7 septembre 2008 comme PDG de la banque Washington Mutuel, il a perdu son emploi le 25 septembre suivant, lorsque la banque, touchée de front par la crise des subprimes au Etats-Unis, a été cédée à une autre banque, JPMorgan.
En plus d'un bonus de bienvenue s'élevant à 6 millions d'euros et de son salaire pour 18 jours (4,4 millions d'euros), Alan Fishman a touché un très confortable parachute doré de 4,9 millions d'euros. Au total, 15,3 millions d'euros, soit 850 000 euros par jour de travail !


© Washington Mutual


José Luis Duran : un parachute doré de 4,7 millions d'euros

Les plus gros parachutes dorés en 2008

Qui ? José Luis Duran, 44 ans, ancien directeur général du distributeur français Carrefour.

Combien ? 4,7 millions d'euros.

Comment ça s'est passé : Nommé directeur général de Carrefour en juillet 2008, après avoir été président du directoire depuis 2005, José Luis Duran a été renvoyé dès novembre 2008, et immédiatement remplacé. Malgré un bilan satisfaisant, sa stratégie se trouvait remise en question.
Depuis le départ de l'ancien PDG Daniel Bernard en 2005, Carrefour a un peu durci les conditions d'obtention d'un parachute doré. Le paiement du bonus de départ de Daniel Bernard et de sa prime à la retraite (38 millions d'euros en tout) avait mis le groupe en difficulté. Depuis 2007, le versement du parachute est subordonné aux résultats de l'entreprise. José Luis Duran a rempli ces conditions et a donc bénéficié d'un parachute en or de 4,7 millions d'euros. Des actions gratuites et des options d'achat pourraient même faire monter la note à près de 6 millions d'euros.


© Carrefour


Gilbert Mittler : un parachute doré de 4 millions d'euros

Les plus gros parachutes dorés en 2008

Qui ? Gilbert Mittler, 60 ans, ancien directeur financier de la banque française, belge et néerlandaise Fortis, en Belgique.

Combien ? 4 millions d'euros.

Comment ça s'est passé : La crise financière a fait beaucoup de dégâts dans la banque Fortis, et Gilbert Mittler, le directeur financier, en a fait les frais fin juillet 2008. Mais il a pu se consoler rapidement avec les 4 millions d'euros qui lui ont été versés au titre de parachute doré, conformément à son contrat. Le Premier ministre belge, Yves Leterme, avait évoqué son indignation à ce sujet. Ce versement avait eu lieu peu avant que l'Etat belge ne devienne actionnaire de Fortis, pour essayer de sauver la banque de la faillite.
Gilbert Mittler ne sera pas resté sans emploi bien longtemps. Dès le 1er août 2008, il commençait le travail de conseiller spécial de Herman Verwilst, nouveau PDG de... Fortis ! En somme, un simple changement de poste à 4 millions d'euros !


© Fortis


Gérard Le Fur : un parachute doré de 2,7 millions d'euros

Les plus gros parachutes dorés en 2008

Qui ? Gérard Le Fur, 59 ans, ancien directeur général des laboratoires français Sanofi-Aventis.

Combien ? 2,7 millions d'euros.

Comment ça s'est passé : Sanofi-Aventis a décidé de se séparer de Gérard Le Fur, son directeur général, début septembre 2008. Certains échecs du laboratoire lui étaient imputés. N'étant resté que deux ans à la tête du groupe, Gérard Le Fur a accepté de ne toucher que la moitié du parachute doré initialement prévu : la modique somme de 2,7 millions d'euros tout de même.
Son remplaçant, très prévoyant, a exigé une prime d'arrivée de 2,2 millions d'euros, et un parachute doré de 2,4 millions d'euros, qu'il touchera lors de son départ.


© Sanofi-Aventis


Jean-Paul Votron : un parachute doré de 1,3 million d'euros

Les plus gros parachutes dorés en 2008

Qui ? Jean-Paul Votron, 59 ans, ancien directeur exécutif de la banque française, belge et néerlandaise Fortis, en Belgique.

Combien ? 1,3 million d'euros.

Comment ça s'est passé : Suite à de graves difficultés financières dues à la crise économique qui secoue l'Europe, le directeur général de Fortis, Jean-Paul Votron, donne sa démission le 11 juillet 2008.
Selon les calculs effectués par la presse néerlandaise à l'époque, Jean-Paul Votron aurait pu toucher un parachute doré de 5 millions d'euros. Finalement, le directeur général et la banque se sont mis d'accord sur un bonus d'un montant de 1,3 million d'euros.


© Fortis


Herman Verwilst : un parachute doré de 800 000 euros

Les plus gros parachutes dorés en 2008

Qui ? Herman Verwilst, 62 ans, ancien directeur exécutif de la banque française, belge et néerlandaise Fortis, en Belgique.

Combien ? 800 000 euros.

Comment ça s'est passé : A la fin du mois de septembre 2008, Fortis a annoncé qu'elle mettait un terme au contrat de Herman Verwilst au poste de directeur exécutif, et qu'il annoncerait sa démission ultérieurement, courant décembre. En octobre, le montant de son parachute doré a été révélé : 5 millions d'euros. Le Premier ministre belge, Yves Leterme, avait jugé cette somme scandaleuse, alors que la valeur des actions Fortis s'écroulait totalement en bourse.
Face à la colère des contribuables, Fortis et Herman Verwilst ont renégocié les conditions de départ et se sont accordés sur un parachute doré beaucoup plus réduit : « seulement » 800 000 euros. Au vu des 78 jours de travail effectifs, ce bonus représente tout de même 10 256 euros gagnés par jour !
En juillet 2008, son subordonné, le directeur financier Gilbert Mittler, était parti avec la jolie somme de 4 millions d'euros...


© Fortis


Axel Miller renonce à un parachute doré de 3,7 millions d'euros

Les plus gros parachutes dorés en 2008

Qui ? Axel Miller, 44 ans, ancien président du directoire de la banque française, belge et luxembourgeoise Dexia, en Belgique.

Combien ? Il a renoncé à 3,7 millions d'euros.

Comment ça s'est passé : Malheureusement pour lui, Axel Miller est le seul de notre classement à ne pas avoir pu toucher son parachute doré ! Début septembre 2008, l'opinion publique apprend que la banque Dexia, que les Etats français, belge et luxembourgeois vont financièrement contribuer à sauver, pourrait verser 3,7 millions d'euros à son président du directoire démissionnaire, Axel Miller. Une pilule difficile à avaler pour les contribuables !
La ministre de l'Economie française Christine Lagarde s'était alors entretenue avec lui, afin qu'il accepte de renoncer à ce bonus, en contrepartie de la recapitalisation de la banque... De son côté, Luc Chatel, porte-parole du gouvernement, avait demandé à la Caisse de dépôts française, devenue administratrice de la banque, de s'opposer à ce versement.
Axel Miller a accepté de renoncer à son bonus et est passé à côté de ses 3,7 millions d'euros !


© Dexia




Publié dans Revue de presse

Commenter cet article