HADOPI le point de vue de Jacques Attali

Publié le par Anakyne

Une loi scandaleuse et ridicule

le 9 mars 2009 23h17 | par
Jacques Attali

Comme en agriculture, où les riches paysans de la Beauce se sont depuis  longtemps cachés   derrière les pauvres agriculteurs de montagne, pour obtenir des  subventions  dont ils étaient en fait  les principaux bénéficiaires, les industries du cinéma et de la musique mettent   maintenant en avant quelques créateurs et quelques chanteurs bien vus des puissants, pour maintenir d'indéfendables rentes de situation. 

Qu'on puisse dans la France de 2009  présenter et faire voter au Parlement, avec les voix de toute la droite et d'une partie de la gauche,  une loi aussi indigne que celle qui vient en débat cette semaine à l'Assemblée nationale est une signe de plus d'un pays dont les élites politiques et économiques ne comprennent plus  rien ni à la jeunesse, ni à la technologie, ni à la culture.  D'un pays où les mots distraction, culture, art, spectacle, commerce, chiffres d'affaires sont employés de façon indifférenciée  .

Cette loi vise à surveiller ceux qui téléchargent gratuitement de la musique ou des films, à leur envoyer une semonce, puis une amende, ou l'interdiction de l'accès à internet. Cette loi est absurde et scandaleuse.

Absurde, parce que plus personne ne télécharge :  on regarde ou écoute en streaming . Absurde parce que toute volonté de crypter est sans cesse contournée par des moyens de le dépasser. Absurde parce qu'on prétend  interdire d'accès  à internet toute une famille, qui en a besoin pour son travail, parce qu'un enfant utilise l'ordinateur familial pour écouter de la musique.  Absurde parce que les vrais artistes n'ont rien à perdre à faire connaitre leurs œuvres, ce  qui leur attirent de nouveaux spectateurs et   les protègent, à terme, contre l'oubli. 

Scandaleuse   parce que cette loi ouvre la voie à une surveillance générale de tous les  faits et gestes des internautes ;  parce qu'elle protège les rentes de situation des entreprises de média, qui ne sont pas incitées à apporter des nouveaux services à leurs clients (les paroles des chansons, les œuvres d'artistes inconnus, des films en 3 D ou tant d'autres innovations qui s'annoncent ailleurs) et les privilèges des fournisseurs d'accès,( qui devraient, en finançant une licence globale, fournir la rémunération des droits d'auteurs, des interprètes, des maisons de disques inventives  et des agents des artistes ) . Scandaleuse surtout parce que, pour une fois qu'on pouvait donner quelque chose gratuitement à la  jeunesse,  première victime de la crise, voilà qu'on préfère engraisser les majors de la musique et du cinéma, devenues aujourd'hui cyniquement, consciemment,   les premiers parasites de la culture.  Et en particulier, comment la gauche, dont la mission est de défendre la gratuité contre le marché, peut elle se prêter à une telle hypocrisie ?

A la fin du 18ème siècle, les  lois sur les droits d'auteurs ont été écrites pour protéger les créateurs contre les marchands. Au milieu du 19ème siècle, telle fut aussi  la raison d'etre des premières  sociétés d'auteurs . Voilà qu'on prétend les utiliser pour protéger les marchands contre les créateurs !   Pire même, voilà qu'on prétend  transformer les artistes en une avant-garde  d'une police de l'Internet  où sombrerait la démocratie. 

Cette loi sera sans doute  votée, parce qu'elle est le pitoyable résultat d'une connivence passagère entre des hommes politiques, de gauche comme de droite,  toujours soucieux de s'attirer les bonnes grâces d'artistes vieillissants et des chefs d'entreprises bien contents de protéger leurs profits sans rien changer  à leurs habitudes.

Cela échouera, naturellement. Pour le plus grand ridicule de tous.

j@attali.com



  FLASH :


Publié le 10/03/2009 à 15:31 Le Point.fr 

Levée de boucliers contre la loi Création et Internet, examen repoussé



Publié dans Revue de presse

Commenter cet article