HADOPI : la création sacrifiée.

Publié le par Anakyne

Tribune du président de la Feppia (Fédération des producteurs et éditeurs indépendants d'Aquitaine) et du président de CD1D (Fédération nationale de labels indépendants)

par Eric Petrotto, Philippe Couderc

tags : tribune , Loi "Création et Internet" , HADOPI

Philippe Couderc est président de la Feppia (Fédération des producteurs et éditeurs indépendants d'Aquitaine) et Eric Petrotto président de CD1D (Fédération nationale de labels indépendants)

Alors que la loi « Création et Internet » revient au Parlement, nous, producteurs indépendants de musique, voulons interpeller les députés et apporter, dans les débats actuels, un éclairage radicalement différent de celui promu par les grandes compagnies du disque. Les acteurs indépendants de la musique sont plus de 600 en France, et cumulent plus de 3 000 productions par an. Pour paraphraser le syndicat de l'artisanat, ils constituent « la plus grande maison de disques de France », produisant 90 % de la création originale. Très souvent hors des sentiers battus, ils représentent la véritable diversité culturelle que ce pays se flatte à raison de défendre. Sans eux, les Dominique A, Yann Tiersen, Ogres de Barback, High Tone... n'auraient jamais débuté...

Aujourd'hui, cette liberté de créer est menacée, car la majorité de ces structures indépendantes est au bord de l'asphyxie. Les labels indépendants sont partagés quant à cette loi. Car si elle rappelle le droit inaliénable des ayants droit à être rémunérés, elle en oublie la réalité vécue par des milliers d'artistes et de producteurs, en posant dans le même temps de vraies questions sur les libertés individuelles. Pour nous, les conditions de travail n'ont jamais été faciles et idéales, crise ou non. Mais la dévalorisation constante de la musique orchestrée par les majors a rendu ces conditions difficilement tenables....../.....


Lire la suite ICI

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article